Blog d'Yves MASSOT
Blog d'Yves MASSOT

BILLETS

Les oies de la Saint-Martin

Autour du 11 novembre, la tradition veut que l’on mange l’oie à la Saint-Martin. Cette coutume trouverait son origine dans une légende liée au Saint qui fût évêque de Tours.

Saint-Martin, qui ne voulait pas être nommé évêque s’est caché pour se soustraire à cette nomination. Il aurait été débusqué après avoir été trahi par les gloussements insistant d’une oie !

Tout naturellement, la Saint-Martin, qui marque la fin de la saison agricole, était l’époque où les paysans payaient le cens (redevance foncière) au seigneur. Dans certaines régions, cette redevance des payait en oies.

Texte du site : http://www.cathedrale-chartres.fr

Succession de crises ou changement d'ère

Crises ou pas crises, that is the question : Les hommes politiques et les médias passent l’essentiel de leur temps à nous parler des crises successives. Le journal les échos du mardi 28 février 2012 titrait encore à la une « Et si nous traversions une troisième crise pétrolière » N'écoutons plus les défaitistes, les pessimistes et autres alarmistes. Nous sommes entrés depuis plusieurs années dans une profonde mutation sociétale et le véritable discours politique consiste à en définir le contour.

 

Changement : la démographie mondiale galopante : Entre 1960 et 2011, La population mondiale est passée de 3 à 7 milliards. Claude LEVY-STRAUSS déclaré : "Nous sommes dans un monde auquel je n'appartiens déjà plus. Celui que j'ai connu, celui que j'ai aimé, avait 1,5 milliard d'habitants. Le monde actuel compte 6 milliards d'humains ; ce n'est plus le mien." Il a résumé en quelques mots simples, le sérieux talon d'Achille de notre monde en ce début de 21ème siècle.

L’ONU publie le 3 mai 2011 que l'humanité pourrait atteindre 9,3 milliards de personnes vers 2050, mais après avoir passé un cap de 10,1 milliards d'ici 2030 environ.

Le Rapport 2009 du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) précise que "L’effort à long terme nécessaire pour maintenir un bien-être collectif qui soit en équilibre avec l’atmosphère et le climat exigera en fin de compte des modes viables de consommation et de production, qui ne peuvent être atteints et maintenus que si la population mondiale ne dépasse pas un chiffre écologiquement viable." A la place du vocable « viable », j’aurai préféré un chiffre, ça aurait été beaucoup plus clair.

 

Le changement climatique : imposture ou vérité ! : Que l’on suive avec attention les travaux du GIEC ou qu’on adule ALLEGRE (Claude pour les intimes), que l’on conteste les causes du réchauffement climatique, les faits sont irréfutables. Le principe de précaution à cet égard doit s’appliquer et les mesures adéquates doivent être mises en œuvre sans attendre. Le protocole de KYOTO a placé les enjeux au bon niveau et des mesures « d’observance » ont été élaborées. Les orientations et les engagements du sommet de COPENHAGUE et des différents G8 et G20 qui ont suivis restent décevants.

 

Changement : La raréfaction des énergies fossiles : Les faits sont là, les quantités restantes sont estimées et le rétro planning est établi. La course est engagée mais tout le monde n’était pas présent sur la ligne de départ. C’est un enjeu fondamental pour le développement durable de notre planète. Une diversification équilibrée des ressources et des moyens de production énergétique associés à un programme d’économie d’énergie drastique sera notre planche de salut. A ce jour, aucun homme politique n’a pris ce problème au sérieux. En 1960, un habitant consommait en moyenne sur l’année 1463 KW. En 2004, il consommait 7686 KW : depuis cette date, ce chiffre stagne et à même tendance à se rapprocher de la barre des 7500 KW.

 

Changement ! L’innovation technologique : La RATP vient de mettre en service quelques voitures sans chauffeurs sur la ligne 1 du métro parisien. Doit-on aussi rappeler l’existence de la voiture sans chauffeur de GOOGLE et le robot qui exécute des tâches sans programmation dédiée. A chaque exemple, nous errons entre étonnement et éblouissement. N’oublions pas, comme le soutient Marc GIGET, que le point de départ de l’innovation, c’est l’homme et l’aboutissement, c’est toujours l’homme.

 

Changement : d’une économie de marché vers une économie de service : Nous quittons progressivement l’économie de marché pour laisser place à une économie de service. Cette mutation n’épargne pas l’industrie automobile, comme beaucoup d’autres. Nous sommes passés en quelques années de la voiture statutaire à la voiture utilitaire, de la voiture propriétaire à la voiture partagée, de la voiture objet à la voiture servicielle. L’automobile doit désormais s’intégrer dans un concept global de la mobilité durable. Les statuts, les représentations et les usages sont en pleines mutation. Attention à la casse car il n’y aura pas de prime…

Changement : De Gutenberg au Web 2.0 : L’industrie de l’imprimerie est en pleine difficulté et il est important de rappeler qu’une partie des entreprises du groupe Lasky (MAME) vient d’être placée en liquidation judiciaire ; le journal « Paru - Vendu » a aussi disparu… Nous entrons dans l’ère du numérique et les TIC révolutionnent beaucoup de choses.

Selon les statistiques officielles américaines, l’informatique et les télécoms ont été responsables des deux tiers de l’augmentation de la productivité depuis 1995. Les mêmes constatations ont été établies dans de nombreux pays, comme l’Allemagne, l’Australie, le Canada, la Corée du Sud, la Finlande, la France, le Japon, les Pays-Bas et la Suisse.

 

Changement : L’économie de la connaissance : Les responsables politiques de l’Union européenne ont admis qu’il fallait moderniser en profondeur l’économie européenne afin de conserver notre compétitivité vis-à-vis des États-Unis et d’autres grands acteurs de l’économie mondiale. Réuni à Lisbonne en mars 2000, le Conseil européen a fixé l’objectif ambitieux de faire en sorte que : (je cite) "l’économie de la connaissance doit être la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale" L’innovation, les TIC et l’intelligence économique constituent les trois fondements de notre nouvelle économie entrepreneuriale.

 

Changement : Le client est roi : La société de consommation est, elle aussi, en pleine mutation. Les différentes lois sur le consumérisme et le besoin légitime de nos concitoyens d’améliorer la qualité de leur vie ont participé à cet essor. Les enseignes de la grande distribution perdent leurs repères et les rentabilités s’amenuisent. Les associations de consommateurs militent et travaillent pour rendre le consommateur autonome et éco-responsable. Traçabilité, bilan carbone, proximité, service, labellisation, disponibilité, qualité et nouvelles technologies sont les mots clés du consommateur de demain. Par ailleurs, le commerce électronique est en développement exponentiel et les sites de comparaison de prix se multiplient. Là encore, les pratiques et les usages sont en plein bouleversement ! Il va falloir imaginer le commerce de demain… avant, pendant et après la vente.

 

Changement social et sociétal : Le sociologue Daniel MERMET a catégorisé les individus en trois : les moutons, les mutins et les mutants. Est-on vraiment radicalement classable dans une ou l’autre de ces trois M ? Je ne le pense pas car nous pouvons être un peu des trois à la fois à des degrés divers et dans des circonstances différentes ; l'important est d'être lucide et d'évoluer.

Le secteur industriel a fortement régressé au profit du tertiaire. L’espérance de vie continue à croitre ; à titre d’exemple, les centenaires en France pourraient passés d’ici à 2050 de 8500 à 120 000 personnes. Nous nous dirigeons rapidement vers des familles à quatre générations. Par ailleurs, le divorce augmente (44,7% des mariages en 2009 selon l’institut national démographique) et les familles recomposées aussi par voie de conséquence. Toutes ces évolutions ne sont pas sans poser de problèmes à moyen et long terme. On peut apprécier l’accueille qui a été réservé à la réforme des retraites en France.

 

Changement : du village gaulois à la mondialisation : Sur le plan géopolitique, économique et financier nous sommes très rapidement passés d’une approche territoriale à la mondialisation. Il n’y a qu’un seul original qui mène une politique de démondialisation. Dans les précurseurs de l’utopie, il y avait Platon et Aristote ; aujourd’hui, il y a Arnaud Montaubourg mais il ne joue pas tout à fait dans le même registre…

Lorsqu’on parle de mondialisation, il faut évoquer l’économie certes, mais aussi la culture, l’information, la communication, l’environnement, l’énergie, le commerce, etc.

Les évènements sanglants du printemps arabe sont les prémices d’une volonté grandissante des peuples opprimés d’obtenir plus de liberté, de démocratie et de justice sociale ; bien ou mal exprimé mais c’est ainsi.

Dans son discours du 24 janvier 2012 devant le Congrès sur l’état de l’union, Barak Obama a dit « Et en Syrie, il ne fait pour moi pas de doute que le régime d'Assad découvrira bientôt que la force du changement est irrésistible et qu'on ne peut écraser la dignité des gens »

 

Changement d’ère : Désormais, rien ne sera plus comme avant et nous devons intégrer le changement dans notre concept de vie. Il ne faut plus pleurnicher sur nos malheurs, se lamenter sur les effets néfastes des crises successives, ou regretter les 30 glorieuses. Nous devons imaginer ensemble notre avenir. Le paradoxe français réside en ce que les gens veulent des améliorations mais rares sont ceux qui acceptent le changement.

Nous devons impérativement remettre l’homme à la place qu’il n’aurait jamais dû quitter c’est çà dire au centre de nos préoccupations. Notre responsabilité de citoyen est de choisir des hommes politiques capables de relever ce défi, de donner du sens et de la cohérence à leurs idées et à leurs actions afin de nous entrainer à participer activement à construire notre futur dans un climat de fraternité.

 

Après le chaud véhément

Revient l’extrême froidure,

Et rien au monde ne dure

Qu’un éternel changement.

 

Honorat de Racan 1585/1670

Hommage à Madame Simone VEIL

Madame Simone Veil s'est éteinte aujourd'hui, 30 juin 2017 à 8 heures du matin ; dans quelques jours, elle allait fêter ses 90 ans.

Installée dans le fauteuil de Jean Racine et de Paul Claudel à l'Académie Française le 20 novembre 2008, Monsieur Jean d'Ormesson terminera son discours de réception par ces mots : « Nous vous aimons, Madame »

Ainsi donc, elle restera immortelle. Par son charisme, sa volonté, son courage, ses convictions, sa droiture et sa fidélité, elle restera pour le plus grand nombre d’entre nous une grande Dame.

Je suis très affecté par sa disparition. J’espère que son aura subjuguera tous les clivages, toutes les religions, toutes les tendances politiques et nous aidera à transcender nos égos individuels et collectifs afin de construire ensemble un monde à la dimension de l’homme.

Boite à surprise en quatre lettres

Cruciverbiste invétéré, je suis tombé ce matin sur la définition suivante "boite à surprise" en 4 lettres. J’ai aussitôt rempli mes quatre cases sans hésiter par le mot « URNE ». L'auteur de cette grille ne croyait pas si bien dire car le cru 2017 nous aura effectivement réservé bien des surprises.

Mais que doit-on retenir de ces scrutins ?

 

Les primaires : Le concept des élections primaires n'est pas dans la culture électoraliste française. Le choix des candidats revient exclusivement aux partis ; à chacun sa responsabilité. De plus, il y a trop de formations politiques pour que ce soit significatif et décisif. C’est valable aux USA car les deux seuls partis en présence ont, au fil du temps, instauré cette organisation qui, soulignons-le, n’est pas inscrite dans la constitution.

 

Le Parti socialiste est en train d'exploser façon puzzle et les militants peuvent remercier Hamon, Valls et Montebourg principalement d'avoir sabordé ce scrutin. Ils peuvent remercier François Hollande et toute son équipe de bras cassés d'avoir réalisé un quinquennat insignifiant aggravée d’une image pitoyable ! La palme, je la décerne à Alain Vidalies.

 

Les extrêmes : Les français n'aiment pas les extrêmes même si leurs scores ont été honorables au premier tour des présidentielles. Ce ne sont pas des votes de conviction ou d'adhésion mais de refuge, de révolte ou de mal être. Il va falloir en tenir compte si on ne veut pas que la situation ne dégénère !

 

Les vieilles barbes devraient s'orienter vers les caisses de retraite, cultiver leurs roses et leurs tomates ou aller promener leur chien dans les bois de Saint Cucufa. La droite aurait grand intérêt à se remettre en cause avant qu'il ne soit trop tard si ce n’est pas déjà fait.

 

En bref, les Français veulent une régénération du monde politique. Les dinosaures des partis politiques, les incrustés de Matignon, les enracinés du palais bourbon, les indestructibles du palais du Luxembourg doivent tirer leur révérence ; place aux jeunes, aux idées neuves, à l'audace, à l'innovation, à l'optimisme, à la modération, à l’humanisme, à la moralisation de la vie politique et au respect de l’intérêt général.

 

Notre monde change d'ère et notre pays a besoin d'un dessein ambitieux pour un meilleur destin.

La fronde anti-Linky

On en parle : le déploiement du compteur LINKY, c'est pour bientôt. Il semblerait que tout le monde ne soit pas d'accord ! Selon les médias, qui n'en loupe pas une pour relayer les nouvelles à sensations, considérent qu'une fronde s'organise pour contraire l'opérateur à  ne pas installer les compteurs nouelle génération.

Quelques conseils pratiques pour les électrosensibles, les irréductibles, les anti-progressistes et autres contestataires de tout poil. Achetez-vous un boulier, installez-vous sur une chaise haute devant votre ancestral compteur et vous allez pouvoir remplacer aisemant le compteur intelligent. Ne me dites surtout pas que vous n'avez pas le temps car comme disait Brassens, le temps ne fait rien à l'affaire !

Nouveau régime amaigrissant !

Vous qui rechercher un régime amaigrissant efficace, je vous propose une solution miracle avec un résultat garanti. Pour y parvenir, il suffit de vous inscrire à l'émission Koh-Lanta.

Une fois sélectionné et arrivé sur les lieux de villégiature, vous aurez à galérer sans manger pendant plusieurs jours. Automatiquement, vous aurez en sus une bonne déprime et une haine contre tous les autres candidats car là, est bien la finalité de cette aventure. Si vous avez la chance d'aller jusqu'au bout, en guise de bonus, vous aurez à supporter l'animateur vedette ; rien que ça, c'est un vrai régime car l'homme est une vraie purge ! Vous avez malgré tout un risque de ne pas en revenir mais la chaîne de télé est bien assurée et vos ayants droit ne seront pas déçus...

Par contre, sur le plan culturel et intellectuel, il ne faut rien attendre ; tout est à l'image de l'animateur. Il est toujours à la recherche du meilleur supplice, de la discorde la plus théâtrale, de  la haine sadique et surtout du record d'audience.

TF1 est vraiment la chaîne de la médiocrité, de la fadaise et du popularisme.

Bizarre, moi j'ai dit bizarre, comme c'est bizarre !

Voilà la célèbre réplique de Louis Jouvet dans la pièce "Drôle de drame" que je réactive à l'occasion de cette improbable et pitoyable campagne électorale présidentielle. Beaucoup de candidats se réclament des valeurs du gaullisme. Comme c'est bizarre ! 47 ans après la disparition du Général, certains candidats se réclament solidaires de son système de pensées et de ses valeurs.

J'hallucine ! Ô rage! Ô désespoir !

De Gaulle, était plus qu'un homme politique. Au lieu d'épouser ses idées, certains feraient mieux d'adopter son charisme, sa posture, sa culture, son honnêteté, sa vision et ses ambitions pour la France ainsi que son dévouement pour l'intérêt général. 

Compte tenu de tout cela, y'a y-il encore beaucoup de candidats ?

That is the question ! Moi, j'ai la réponse...

Les primaires à gauche : la débandade généralisée

Le premier tour des élections primaires de la gauche s'avère être un échec en terme de participation avec un million de votants de moins qu’en 2011. Ce scrutin aura eu l’avantage d’amorcer le déclin du parti socialiste (trop de tendances et pas de personnalité pour faire la synthèse). C'est aussi la mort politique de Montebourg et la sanction d'un quinquennat calamiteux. Le fougueux député de Saône et Loire a légué son lamentable héritage électoral à Hamon, l'autre frondeur populiste et utopiste. Mélanchon, Hamon et Macron, c’est le trio façon bastringue à tendance cacophonique !

Ma conclusion se révèle être jubilatoire depuis le temps que j'attends la chute de Montebourg appelé aussi "le pourfendeur des affaires", le Monsieur propre de la gauche, le chevalier blanc des causes perdues ; il est renvoyé tout droit à la maison mère… au terminus des prétentieux*. Cet échec est un véritable traitement thérapeutique pour guérir son amour propre et son ego démesuré ! Ce politicien de Prisunic ne mérite pas d'être aux responsabilités et je suis très satisfait de son piètre résultat. Je lui souhaite une bonne retraite et surtout qu'il n'y revienne plus jamais ; mais ça, c'est moins sûr (il paraît qu'il prépare la VIème République)

* Michel Audiard

Le facteur 4

Nous connaissons tous le facteur rhésus (bon sang, mais c'est bien sûr) ou bien encore le facteur Cheval (qui résidait dans la Drôme mais qui faisait ses tournées à pied). Mes profs de maths m'ont bien inculqué le principe de la mise en facteur et je les en remercie car grâce à eux, j'ai pu mieux comprendre ce qu'était le facteur 4 ; à l'origine, j'ai cru avoir affaire au Rambo des préposés de la poste. Il désigne tout simplement un objectif ou un engagement écologique qui consiste à diviser par 4 les émissions de gaz à effets de serre d’un pays ou d’un continent donné à l’échelle de temps de 40 ans (2050). A la cadence ou l'on va, il va falloir revoir l'objectif voire mieux : je propose de remplacer le verbe "diviser" par "multiplier" dans la définition. Nous serons bien plus en conformité avec les usages. Enfin c'est mon avis et c'est mon billet d'humeur du jour.

Le résident de la République nous quitte !

Je l'ai découvert alors qu'il partait. C'était Prévert revisité par Gainbourg, il avait le flegme  de Dutronc et la dégaine du King ! Des textes ciselés, une musique originale, un talent fou mais une vie trop courte. Merci Alain, Adieu Bashung, ancien résident de la République. Renault, lui aurait pu dire : "dit Alain, c'est quand qu'on va où ?"

Quatremer divague

Jean Quatremer journaliste à "Libération" déclare sur LCP "la Turquie est une grande démocratie !" J'hallucine ! On croit rêver ! Cette déclaration est scandaleuse alors que les démocraties occidentales pointent du doigt ce régime très hybride. Freedom house qualifie d'ailleurs la Turquie de très partiellement démocratique au même niveau que le Maroc, le Pakistan, la Colombie, le Vénézuéla, le Nigeria, le Mozambique, Madagascar, la Tanzanie, le Babgladesch, le Sénégal et l'Ouganda (selon Wikipédia). Au cours de l'année 2012, le nombre de journalistes emprisonnés est passé de 57 à 95. La Turquie prononce des peines de prison les plus longues (165 ans) et la peine de prison demandée la plus longue à l'encontre d'un journaliste s'élève à 3000 ans... A ce triste palmarès, il faut rajouter les nombreuses condamnations de la Turquie par la Cour Européenne des droits de l'homme... Dernièrement les soldats turcs ont tiré sur des réfugiés Syriens qui tentaient de franchir la frontière Turco-Syrienne... Voilà ce qu'est la Turquie, Monsieur Quatremer !

Mourir pour des idées, d'accord mais de mort lente...

D'après Maxime Leforestier, Georges Brassens, c'est comme un vaccin contre la connerie. Depuis qu'il est mort, on manque sérieusement de vaccin.

Que cela ne tienne, pour moi, il n'est pas mort puisque j'ai toute sa collection et de temps à autre, je me fais une petite injection façon Leforestier histoire de ne pas sombrer dans la c.... Brassens repose au cimetière marin de Sète ; jai eu l'occasion d'aller lui faire un petit coucou !

Plus blanc que blanc, c'est blanc !

Le blanc n’est pas à vraiment une couleur ; c’est au contraire un manque de teinte dominante. Par contre, il a une grande valeur symbolique, la preuve…

La tenue blanche de la mariée reste contre toute attente un symbole... (à ne pas confondre avec le mariage blanc). Les insomniaques, connaissent, eux, l’interminable nuit blanche.

Sur la route, il n'est plus question de mordre la ligne blanche car les bleus veillent ! Enfin, je parle pour les autres car moi, je suis blanc comme neige.
 Le vote blanc quant à lui reste inexorablement nul ! 
L'affaire Dutroux, nous a initié à la marche blanche. Eddie Barclay a lancé la mode des soirées blanches au cours desquelles on peut boire du vin blanc et de la bière blanche (pourquoi ne pas les organiser dans des salles blanches...)


Et bien, figurez-vous, les opérateurs de la téléphonie mobile viennent de mettre au point un nouveau concept "la zone blanche". Comment ça marche ? C'est très simple ; quand tu téléphones, ça fait chou blanc !

Voilà, mon billet est terminé et j’en suis ravi car j’ai la phobie de la page blanche !

Le permis de conduire européen

Historique : C'est par décret publié le 10 mars 1899 que le "certificat de capacité" pour l'ensemble des conducteurs a été rendu obligatoire sur le territoire français. Il est devenu "permis de conduire" le 31 décembre 1922.

News : Le permis de conduire Européen à puces est né. Il y aura désormais quinze catégories de véhicules pour lesquels le permis sera obligatoire (au lieu de neuf aujourd’hui). Il est évident qu’entre conduire une mobylette de 49 cm3 et un autocar, les compétences diffèrent. Le site du service public indiquera le détail des nouveautés et on remarquera l’évolution positive de cette nouvelle réglementation avec, entre autre, la prise en compte des voiturettes dites aujourd'hui «sans permis».

Logique : Voilà une réglementation heureuse et attendue car l’harmonisation entre les états de l’union Européenne était devenue nécessaire depuis la convention de Schengen.


Analogie : Pourquoi ne pas concevoir un système identique pour les chefs d’entreprises. Les compétences pour diriger une entreprise unipersonnelle, une TPE, une PMI-PME, une ETI, une grande entreprise ou une multinationale ne relèvent pas des mêmes compétences. Et pourtant, il y a de trop nombreux morts sur les routes de l’entrepreneuriat. Il suffit de prendre connaissance des emplois touchés par les défaillances d’entreprises. En 2009, 65.000 entreprises ont mis la clé sous la porte entraînant la suppression de 256.100 emplois.

Le Permis de Conduire de l’entrepreneur : En rédigeant ces quelques lignes, j’étais loin d’imaginer que la CGPME avait un projet quasi similaire et l’a même intitulée "Le Permis de conduire de l’entrepreneur". Un projet similaire a été développé sur la base des priorités et des actions européennes par la Chambre de Commerce et d´Industrie Autrichienne en 2004 sous le titre du « Permis de Conduire de l´Entrepreneur ». Il est déployé aujourd'hui dans toute l'Europe et à l'international sous le label d'Entrepeneur‘s Skills Certificate.

Entre intention, décision et application : Toutes les mesures qui ont été prises pour diminuer le nombre de morts sur les routes se sont révélées efficaces. Aujourd’hui le ministre de l’intérieur a fixé un objectif à moins de 2 000 morts pour 2013 sur le réseau routier français. Le nombre de morts sur la route a été divisé par quatre depuis 1972 alors que le nombre de kilomètres parcouru dans la même période a plus que doublé. Entre intention, décision et application, il s’écoule toujours un certain temps (comme le fût du canon). Pendant ce temps la route entrepreneuriale continue à être jonchée de Chômeurs…

Coordonnées

Yves Massot
43 Avenue de la République

37100 Tours

Tél. : 06 86 01 17 16