Blog d'Yves MASSOT
Blog d'Yves MASSOT

MES ESSAIS

Coup de gueule !

L’écologie n'est pas rentré dans tous les logis ! L'écologie et l'environnement sont présents dans les discours, les intentions, les vœux, les rêves, les espérances et maintenant dans les défilés et autres marches blanches. Mais dans la réalité, le français ne change rien à ses habitudes. Pourquoi ?

 

Les trente-cinq heures : Tout d’abord, avec les trente-cinq heures, la Aubry a transmuté notre société basée sur les valeurs du travail en véritable cours de récréation, Disneyland et autres centres d'attractions ; il n’y a plus que les loisirs qui comptent. Comme il faut bien travailler un peu pour gagner sa vie, il faut faire tout très vite car on ne veut rien rater. C’est la course contre le temps !

 

Les TIC : Ensuite les nouvelles technologies nous entraînent vers une gestion irrationnelle de l’immédiateté ; « J’exige, c’est tout de suite et peu importe le moyen » et en cas d’échec, les réseaux sociaux deviennent l’exutoire des frustrations, l’écritoire idéal de propos haineux. Les pseudos responsables de tous les maux de la terre entière se font vilipender (je fais référence aux femmes et aux hommes politiques). Ces nouveaux lampistes doivent désormais faire face aux populistes, anarchistes, extrémistes et autres révolutionnaires de tout poil.


Le mal du siècle : La voiture est l’archétype même de notre société moderne. Des études sociologiques démontrent que désormais on ne pourra plus s’en passer. Les constructeurs l’ont bien compris et ils n'ont jamais vendu autant de bagnoles qu’à l’heure actuelle ; elles sont de plus en plus puissantes, leurs propriétaires vous narguent juchés du haut de leurs grosses caisses brûlant stop et feux rouges et roulant comme des fêlés ! Quand le législateur va-t-il faire arrêter ce massacre ? A-t-on besoin d’une Maserati pour rouler à 80km/h sur les routes secondaires et à 130 sur les autoroutes. C’est vrai que lorsqu’on peut se payer un tel carrosse, on est plus à quelques euros prêt pour financer un coyote et passer à travers les rayons des radars !


Confort, écologie et pouvoir d'achat : Côté confort, nous sommes au paroxysme du dysfonctionnement environnemental. Alors qu’il est recommandé d’être économe en consommation d’eau et d’énergie, qu’il faille lutter contre les pollutions et le gâchis alimentaire ; rien n’y fait. Non seulement chacun continue sa petite vie tranquille et confortable mais de surcroît le peuple en redemande toujours plus. Ce n’est pas pour rien que le principal souci des français aujourd’hui se concentre sur le pouvoir d’achat !


Le consommateur n'est pas encore consom'acteur : Le consommateur n’est pas autonome et encore moins éco-responsable. Dès qu’un bout de papier aluminium reluit grâce à un rayon de soleil égaré, puis s’envole au vent en traversant la rue, c’est une ruée de badauds avides de soldes qui court derrière ! Les choses évoluront vraiment lorsque le consommateur imposera ses besoins, ses envies et ses désirs par des achats écoresponsables et des boycottes ciblés.

 

Conclusion : L’enjeu n’est pas la transition énergétique ou le dérèglement climatique, voire la crise alimentaire. Le drame qui se pointe à l’horizon, c’est un véritable tsunami, c’est la crise de la ressource.

 

À QUAND LE RÉVEIL POPULAIRE AU QUOTIDIEN !

 

Post scriptum : Ça me fait penser au tsunami du Japon : pendant que des personnes regardaient et  photographiaient la vague géante arriver, toutes les bêtes domestiques et sauvages détalaient pour se réfugier dans les hauteurs*... (Même les chauves-souris ont fuit à tire d’aile en plein jour)

 

* "Cela n'est pas étonnant, explique Béatrice Steck, responsable du programme d'élevage en captivité d'espèces menacées au zoo de bâle. Les animaux sont beaucoupe plus attentifs face à leur environnemlent. Ils le craignent. Ils sont donc tout le temps en état d'alerte. Contrairement à eux, nous avons perdu nos capacités à percevoir la nature car nous nous exposons très peu aux stimulations extérieures."

Extrait de l'article de Florencio Artigot "Ces animaux qui ont flairés le tsunami" du magazine "LE TEMPS" publié le mercredi 5 janvier 2005.

L'alimentation et la ville de demain

Rappel des fondamentaux : Au cas où nous l’aurions oublié, Pierre Rabhi nous rappelle que la terre est nourricière ; il est urgent de se réapproprier ce concept vieux comme Hérode. Et pour cause, depuis des lustres, notre nourriture arrive dans nos villes et métropoles par camions entiers de 38 tonnes ou par avions cargos. Pour s’en rendre compte, il suffit d’aller sur les marchés de gros ou les aires de livraison des hypermarchés. Pour avoir une idée de ce que représente l’industrie alimentaire et la grande distribution, j’ai mis en ligne un billet sur ce sujet titré « les états généraux de l’alimentation ». Hallucinant !

L'habitude a une grande vertu, c’est qu’on peut l'abandonner : Nos responsabilités individuelles et collectives sont engagées et il est impérieux de changer nos habitudes et nos usages. Les voies de progrès pour inverser cette regrettable situation sont nombreuses ; certaines sont simples et rapides à mettre en œuvre et d’autres plus difficile car beaucoup trop d’intérêts sont en jeu. La démarche idéaliste, est de rendre le territoire autonome.

Les jardins familiaux : La Ville de Tours, très attachée à la culture du jardin vous propose, par l’intermédiaire d’associations de jardiniers, la location d'une parcelle pour cultiver vos fleurs, fruits et légumes. C’est ainsi que 1327 jardins familiaux sont mis à disposition, répartis sur 19 sites. Au niveau de la métropole, c’est plus de 3000 jardins familiaux dont 60 supplémentaires viennent d’être créés à la gloriette ; il faudra encore progresser car la demande est toujours existante et insistante ! Le jardinage est un loisir, une saine distraction et la récolte est un vrai régal. Aujourd’hui, on construit des immeubles avec des jardins collectifs en pied d’immeuble et des espaces individuels et des serres en terrasse.

Les marchés et les circuits courts : Dans la gamme des circuits courts, il existe une vieille institution tourangelle qu’est le marché. Il y en a 16 sur Tours très actifs et assidûment fréquentés. C’est un lieu de rencontre et de grande convivialité pour les quartiers. C’est la meilleure démarche commerciale pour les agriculteurs de vendre leur production en direct et à bon prix. Pour les réactiver, voire les multiplier, tous les acteurs doivent se mobiliser : les collectivités territoriales pour l’aménagement d’espaces modernes, accessibles et attractifs, les producteurs-commerçants pour proposer des produits de qualité et des services innovants et les clients pour reprendre le chemin du marché et délaisser celui du supermarché. 

Facteur de santé publique : Une prise de conscience des effets de la qualité de la nourriture sur la santé est en train d’émerger. Mesdames et Messieurs les promoteurs de la malbouffe, l’étau se resserre et je souhaite ardemment que  prochainement, vous pourrez manger votre chapeau avec en accompagnement, vos produits frelatés. On connait les bienfaits de la nourriture saine et de qualité sur la santé. Il n’y a aucune discussion possible !

 

Affaire à suivre et à faire suivre !

Yves Massot ; le 26 novembre 2018

Les Marchés de Tours (pour information)

Les Marchés de Tours
IMG_20181217_0001.pdf
Document Adobe Acrobat [3.8 MB]

Inondations, territoires résilients et ville de demain

Les faits sont têtus : certaines catastrophes restent inexorablement inscrites dans la mémoire collective ; Vaison-la-Romaine, le Grand-Bornand et la tempête Xynthia sont les plus significatives. Toutes ces inondations ont plusieurs points communs : un manque flagrant de vigilance et de prévoyance, une sous-estimation des lois de la nature et de la physique et une urbanisation non maîtrisée.

 

Le Grand-Bornand : une crue éclair du Borne, suite à l’orage diluvien du 14 juillet 1987, a fait 23 morts dont 2 disparus. Le Plan de Prévention des Risques était en cours d’élaboration et le plan d’urbanisme n’avait pas pris en compte de possibles débordements. Au bout de 10 ans de procédure, la cour d’appel de Lyon a reconnu le caractère prévisible de la catastrophe. L’état et la commune ont été condamnés à indemniser les victimes.

 

Pour lire la suite, cliquez sur l'icone ci-dessous...

Inondations et territoires résilients
Inondations et territoires résilients.pd[...]
Document Adobe Acrobat [69.8 KB]

Les états généraux de l'alimentation

Il eut été préférable, avant d’engager les états généraux de l’alimentation, de faire un inventaire des ténors du domaine afin de mieux appréhender les acteurs en présence. Ce qui complique les choses, c’est que les distributeurs deviennent producteurs (Intermarché par exemple) et inversement, les producteurs investissent dans la distribution de leurs produits. Ce que personne n’ose dire, c’est que les uns accusent les autres de s’approprier les marges les plus conséquentes. Pour s’en sortir élégamment, Intermarché place, par exemple, dans sa stratégie de développement de la production, le contrôle de la qualité… chiche ! 

Voici un rapide état des lieux… devoir d’inventaire oblige !

Lire la suite en cliquant sur l'icone ci-desous...

Les états généraux de l'alimentation
Les états généraux de l’alimentation.pdf
Document Adobe Acrobat [1.8 MB]

Succession de crises ou changement d'ère

Crises ou pas crises, that is the question : Les hommes politiques et les médias passent l’essentiel de leur temps à nous parler des crises successives. Le journal les échos du mardi 28 février 2012 titrait encore à la une « Et si nous traversions une troisième crise pétrolière » N'écoutons plus les défaitistes, les pessimistes et autres alarmistes. Nous sommes entrés depuis plusieurs années dans une profonde mutation sociétale et le véritable discours politique consiste à en définir le contour.

 

Changement : la démographie mondiale galopante : Entre 1960 et 2011, La population mondiale est passée de 3 à 7 milliards. Claude LEVY-STRAUSS déclaré : "Nous sommes dans un monde auquel je n'appartiens déjà plus. Celui que j'ai connu, celui que j'ai aimé, avait 1,5 milliard d'habitants. Le monde actuel compte 6 milliards d'humains ; ce n'est plus le mien." Il a résumé en quelques mots simples, le sérieux talon d'Achille de notre monde en ce début de 21ème siècle.

L’ONU publie le 3 mai 2011 que l'humanité pourrait atteindre 9,3 milliards de personnes vers 2050, mais après avoir passé un cap de 10,1 milliards d'ici 2030 environ.

Lire la suite en cliquant sur l'icone ci dessous (PDF)...

Succession de crises ou changement d'ère
Succession de crises ou changement d.pdf
Document Adobe Acrobat [72.3 KB]

Blog de 

Yves MASSOT

Nombre de visiteurs